Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 juillet 2013

jour 4 OSCON 2013

Quatrième jour et je crois entrer dans le beat. J’ai trouvé mon rythme et un fil conducteur dans la grande diversité de tracks qui sont offertes, ce qui m’a permis de réduire la dissonance cognitive dont je souffrait en regardant mon agenda.

Les keynotes aujourd’hui étaient plus simple, mais encore intéressant, je pense en particulier à celle de la Maison Blanche sur le open source, le open data et en fin de compte, une forme de open gouverment. Aussi l’effort de la ville de Oakland avec Code for America.

J’ai aussi aimé la présentation du co-fondateur de github dont je retiens ou rappelle à ma mémoire l’importance des « first principle », en fait les valeurs de base dans lesquelles on croit

Pour la première session de la journée, je suis aller voir un retour d’expérience de personnes de l’équipe TI de Mozilla qui utilisent puppet.

Pour quelque chose de différent je me suis dirigé par la suite vers une présentation de GM qui présentait leur vision des apps pour les véhicules qui pourront être développées en HTML5 et de leur API pour OnStar. Il y a là un marché, car ils vendent 2 M de voitures par années et on passe en moyenne 450 heures par années dans une voiture. On peu voir les passagers comme un marché captif. Belle présentation sur comment la technologie peu augmenter le modèle d’affaires d’une entreprise au delà de la mission première. C’est aussi tout un monde d’intégration que ça amène.

Dans l’après-midi, j’ai assisté à une session sur le open hardware et comment une compagnie, ici sparkfun.com, peut être profitable même si elle publie sa création avec une licence ouverte.

Puis ce fut une présentation plus philosophique sur le « internet of things » avec comme principe directeur pour les décisions de design les 3 lois de la robotique de Isaac Asimov. A bien y penser ces lois s’appliquent même à la conception en générale et en particulier dans le cadre du human-centered design.

Finalement, pour clore la journée, deux sessions sur le paas, la première sur OpenShift de RedHat et la seconde sur cloudFoundry de Pivotal. Lors de cette dernière, on a appris que IBM se joignait au projet cloudfoundry.

 

j’écris ces dernières lignes juste avant les keynotes de la 5e et dernière journée et il ne reste plus grand monde comparativement aux autres journées où nous étions autour de 3000 participants. Je ne pourrai assister qu’à la première session avant d’aller prendre l’avion. 

11:40 Publié dans Mobile | Lien permanent | Commentaires (2)

25 juillet 2013

Jour 3 OSCON 2013

Grosse journée entrecoupée de visite sur le planché de l’expo avec tous ses vendeurs/organisations. Tous est un peu désorganisé dans ma tête parce qu’on est constamment tiré dans plusieurs directions. D’abord les keynotes qui passent des neurosciences à la conception de data center chez Facebook, à la gestion d’architecture avec juju de Ubuntu à comment créer une communauté. Puis ce sont les sessions elles-mêmes. 

La première auquel j’ai assisté présentait la culture de cloud chez Yelp qui utilise aws, s3 et hadoop, entre autres. Yelp offre aussi quelques projets open sources autour des solutions aux problèmes qu’elle a rencontré.

Ensuite, j’ai abordé un autre sujet important, le déploiement continu, avec des exemples chez Mozilla. La session était super intéressante, mais je n’ai pas pu prendre de note tellement la salle était pleine. Cela témoigne de l’intérêt de la communauté pour cette pratique.

Sur l’heure du diner, autour d’un bon lunch chaud, on a placotter agilité, intégration continue et déploiement continu. Il y avait autour de la table un analyste de IDC, un développeur de chez OReilly, quelqu’un dans le domaine de la santé et d’autres personnes dont je n’ai pas pu savoir l’affiliation.

Pour le dessert je me suis fait plaisir en assistant à une session sur le RaspberryPI un ordinateur à 35$ qui roule linux. Les présentateurs ont fait un excellent survol du PI et de ce que les gens font avec. Encore ici la salle était bondée.

La session suivante qui m’intéressait abordait la conception d’expérience utilisateur, mais c’est avéré décevante rapidement. j’ai quitté lorsque je me suis rendu compte que la présentation affichait du petit texte bleu pâle sur un fond bleu clair. Pas exactement un exemple de design efficace! Je me suis donc rabattu sur une session sur les outils moins connues pour le devops. Encore ici pas de notes car la salle débordait.

Après la pause de 15h00, j’ai assisté à une présentation sur couchbase. Il s’agit d’une base de données qui facilite la synchronisation entre device, donc parfait pour les appareils mobile et pour constuire sont propre Dropbox ou iCloud. Présentation un peu théorique, mais je vais définitivement regarder cette solution, d’autant plus qu’elle fonctionne avec Android et iOS nativement et qu’il existe un plugin pour PhoneGap/cordova.

La dernière session que je voulais voir était sur le BDD, mais je suis arrivé en retard (les sessions sont back-to-back très serré) et la salle était pleine. Certaines salles étaient trop petite alors que d’autres était trop grande pour le public qui assistait. Donc je suis aller voir une présentation sur BOSH pour le déploiement d’environnement dans le cloud. BOSH est un projet de Pivotal (cloudfoundry) et comme j’ai manqué les première minutes je dois admettre que j’ai pas été en mesure de suivre. A ma décharge, ce n’est pas un sujet simple! Je le sais pour avoir déjà explorer BOSH. BOSH peut contrôler Vagrant qui peut être scripté par Puppet ou Chef pour déployer un stack LAMP ou autre. Ca semble ressembler à juju d’une certaine façon. Combien de ces outils connaissez-vous?

 

Discussions ensuite avec les exposants en prenant une petite bouché avant de retourner à l’hotel vers 19h00 pour décanter tout ça.

11:49 Publié dans Agile, Mobile | Lien permanent | Commentaires (0)

24 juillet 2013

Jour 2 OSCON 2013

Si hier a été une journée longue et intense (décalage, course...), aujourd’hui je prend ça un peu plus relax. C’est surtout mon attitude qui le permet, non pas qu’il y ait encore beaucoup à voir, faire et discuter.

Donc, ce matin, premier tutoriel donné par trois australiens sur la conception d’interface pour les applications mobiles, particulièrement sur Android. Après deux jours et deux tuto qui touche Android, je commence à mieux mesurer la distance qui sépare iOS d’Android et les limites des applications hybrides dans le contexte d’une application grand publique. Dans tout les cas, nous avons eu droit à plusieurs points de vue sur la conception d’application mobile.

Nous avons aussi, en équipe de deux, réaliser les premières étapes d’un développement mobile et débuter par l’identification des fonctionnalités d’une application, prototyper les premiers écrans. Par la suite nous avons accompagner le présentateur alors qu’il implémentait le code dans ADT (eclipse). Un constat s’impose, réaliser une application native pour deux plateformes (ios et android) représente un effort considérable en terme de conception de l’interface personne-système et de la réalisation technique et est probablement hors de portée de la plupart des entreprises. Cependant, l’effort peu en valeur la chandelle si elle permet une adoption solide des utilisateurs. Donc au final ça va dépendre des objectifs d’affaires.

Après un cour lunch et une marche au soleil, reprise des hostilités autour de la collaboration pour produire la documentation. Après plus d’une heure de configuration des ordinateurs des participants, nous avons enfin débuter l’atelier, mais de quoi s’agit-il? Il s’agit d’une couple qui fait la promotion de deux projets open source fort intéressant : awestruct et asciidoc.

Au coeur de la réalisation facile de documentation et de la collaboration, une principe simple : séparation du contenu et de la présentation. Pour représenter le contenu, plutôt que du xml ou une syntaxe comme markdown, une nouvelle syntaxe très légère similaire à markdown moins quelques limitations. Ensuite un système qui permet de structurer et générer le contenu : awestruct. Donc on génère une structure de contenu avec awestruct, puis on rédige le contenu en asciidoc et avec une série de commande rake on produit une site web ou un pdf ou un ebook ou whatever. C’est la première partie du système.

Ensuite on upload le contenu sur git et on publie le site généré sur github.io et là on peut se servir des outils de git pour collaborer sur le contenu. C’est un peu complexe, mais clairement très puissant. Pour le moment ça manque un peu de fini et il y a trois éléments à maitriser : Git, asciidoc et awestruct. L’idée est bonne, mais difficilement adoptable pour une entreprise comme la nôtre sans un investissement de temps important.

 

Par la suite j’ai visiter rapidement l’expo avec une vaste gamme de fournisseurs touchant surtout linux, cloud, livres et des projets/communautés open source. Finalement, la soirée s’est terminer avec un party sponsorisé par Microsoft et Oreilly.

00:28 Publié dans Mobile | Lien permanent | Commentaires (0)

23 juillet 2013

OSCON 2013 - jour 1

OSCON 2013

Les journées s’annoncent bien remplies, ici à OSCON 2013, à Portland Oregon, alors que j’écris ces lignes après les tutorials d’une demi-journée, pendant l’événement ignite à 17h30. Plus tard je n’aurai pas le temps, pas le temps, car il reste une session de BOF et un jogging organisé par la conférence à 21h00.

Portland, la ville des roses, est facile à naviguer et offre de beaux points de vue sur le Mont Hood, et une architecture typique de la cote ouest où l’on sent les fantômes des pionniers. OSCON nous offre une passe de train léger pour la semaine, ce qui est super pour aller du centre-ville où se trouve mon hotel et le Oregon Convention Center. 

L’inscription à été rondement ce matin avec un self-check-in super simple. D’ailleurs les communications pré-conférence ont été très bien faites et j’étais près pour les tutorials. L’organisation est très bien, la bouffe est bonne, le timing bien tenu, en deux mots, ça roule rondement.

Le premier tuto que j’ai fait était « android up and running », un excellent condensé d’un cours d’une semaine en 3h. On comprendra que l’on n’a pas tout couvert, mais nous sommes néanmoins passé à travers tout le cycle. Créer une application, monter une « activité », essentiellement un écran, appeler une service web pour créer des données, rouler dans l’émulateur, ajouter une écran principal et un menu avec navigation, ajuster les permissions. A final, il n’y avait pas trop de code (java) à faire. Le formateur, Marko Gargenta, était en maitrise de son sujet.

Le lunch, excellent, était organisé autour de tables thématiques et j’en ai chosie deux (j’avais faim!), mobile, viz whizzies. Autour de la table mobilité, des gens de tout horizons dont plusieurs avec des enjeux internationnaux, donc d’accès à certaines technologies car tous n’on pas le dernier iPhone dans leur poche et les vieux téléphones cellulaire sont encore bien présent dans plusieurs marchés. Il y avait aussi quelqu’un de LG Electronics qui travail sur Enyo, un framework javascript pour application. Je surveille ce projet depuis plusieurs années mais il ne semble pas lever. Nous avons discuté des enjeux de formation d’une communauté, un de leur point faible à mon avis. Après une petite marche, comme j’avais un creux, je suis retourné à la table « viz whizzies » pour échanger sur la visualisation d’information, un de mes dadas.

Deuxième tuto : Beginners guide to computer vision. J’ai choisi ce tutu pour élargir mes horizons. Malgré des efforts importants de la parts des présentateurs le setup à été très long et témoigne de l’ampleur de la tâche que représente l’installation de OpenCV. Avec beaucoup de retard la présentation allait trop lentement sur la base (faut-il vraiment expliquer ce qu’est un pixel à des gens qui viennent coder, en C, la manipulation d’images?) et trop vite sur les parties plus charnues. Comme le présentateur avait vingt minutes d’avance avant la pause, je suis parti à la recherche d’une autre formation.

Je me suis tourné finalement sur « building your first mobile app ». Comme on le sait je n’en suis pas à ma première application mobile, mais j’étais curieux de voir la structure et le contenu de la présentation car je forme aussi du monde à l’interne.  Assez classique et bien rendue, la formation tourne autour de l’offre de apigee.com. Je vais devoir revoir leur solution, dont une partie semble open source. Ce que je retiens c’est la confirmation de mon observation que les applications mobiles s’appuie sur des modèles de données relativement simple, exposé en json par un api rest.

En début de soiré, il y a eut l’événement « Ignite », une série de lightning talks, des présentations de 5 minutes où les slides avancent automatiquement aux 15 secs (20 slides de 15 sec). Certain ce rappelleront le pecha kucha. Les sujets furent tous rendus de façon intéressante :

- depression

- fluxcapacitor.com

- older developer dont get it! - form/build a community

- model driven design- case tool are an evolutionary dead end, go DSL

- data mining with toys

- 7 deadly sins of software deployment

- openstreetmap in jakarta

- eventualy open source licence model 

La meilleur fut 7 deadly sins présentées presque sous forme de vers.

 

Finalement, je suis retourné à l’hôtel au centre ville pour me changer pour la course de 5k à la noirceur, organisée par la conférence.

11:46 Publié dans Mobile | Lien permanent | Commentaires (0)