Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une simulation de Lego™ Serious Play en entreprise | Page d'accueil | Tous les frameworks mobiles ne sont pas identiques »

01 septembre 2011

Mobile JS summit 2011

Le 30 août dernier, j'ai passé la journée, de 10h00 à 20h00, en conférence virtuelle avec dix de mes collègues. Il s'agissait du Mobile JS Summit, une série de neuf (9) présentations organisées par www.environmentsforhumans.com autour du développement d'applications mobile. (on avait une pause lunch à 14h00)

La conférence coûtait 495 $ et nous permettait d'y convier autant de personnes que nous le voulions. Nous avons donc réservé une salle assez spacieuse et confortable pour accueillir tout le monde, installé un projecteur et des haut-parleurs afin que chacun puisse bien voir et entendre. Le système de vidéo-conférence est celui d’"Adobe Connect" qui fonctionne relativement bien, et qui ne requiert pas d'installation particulière autre qu'une connexion à internet.

À ce prix-là (plus la pizza), avec la pertinence du contenu, la qualité des présentateurs et le fait qu'on pouvait leur poser des questions (chat et twitter) on peut dire que ça a été un bon coup. Seul bémol, les conférences se suivent à un rythme d'enfer avec juste deux minutes de pause, ce qui fait que nous n'avons pas eu le temps d'échanger entre nous sur nos réactions et commentaires. La plupart d'entre nous ont trouvé la journée longue (10h) et on aurait pu avoir une conférence de moins ou en raccourcir certaines.

Durant toute la conférence, une partie des participants commentaient en parallèle sur twitter et j'étais du nombre. Vous pouvez lire mes tweets. Cela a fait de cet événement une expérience proche de celle d'une vraie conférence. Une expérience à répéter.

Les premières conférences ont traité de la conception d'application mobile (téléphone et tablettes) du point de vue ergonomique et aussi d'un point de vue d'entreprise (sécurité, accès au patrimoine…).

Celle de Josh Clark, une des plus intéressantes de la journée, a mis en lumière le fait qu'on ne développe pas une application mobile, mais bien un produit physique, qui tient dans la main. Il a aussi montré comment l'ergonomie d'un mobile et d'une tablette est complètement à l'opposé l'une de l'autre, ce qui se reflète par un positionnement différent des boutons par exemple.

Par la suite, Jonathan Stark, sur un ton moins palpitant, nous a décrit les diverses façons de distribuer nos applications mobiles en fonction du type d'application (B2B, B2C, B2B2C). Pour certains besoins, je vois aujourd'hui l'utilité de déployer une application sur le AppStore de Apple par exemple.

Dans "The realities of mobile design ", Jennifer Hanen, a utilisé des personas pour nous rappeler les nombreuses contraintes dont doivent tenir compte les concepteurs. Du coût de la bande passante au handicapé, le spectre est large.

Ensuite, on a eu droit à un retour d'expérience de O'Reilly, l'éditeur qui a fait une première application mobile de son guide de référence sur HTML5. Le point à retenir : construire une application qui fonctionne n'est que le premier pas. Le chemin est long pour en faire une application conviviale, performante et adaptée au mobile.

Dans la seconde portion, on a eu droit à la présentation de cinq frameworks mobiles : Sencha Touch, PhoneGap, JQuery mobile, Appcelerator Titanium et SprouteCore. Chacun était présenté par un expert. Il est intéressant de voir comment chacun aborde le problème avec un biais particulier, ce qui donne des architectures différentes et des compromis (et bénéfices) différents.

Les cinq ont leur place et on pourra leur trouver une utilité en fonction des besoins de l'application. Pour un concepteur web, JQuery Mobile est de loin le plus facile à maîtriser et il permet d'atteindre une large gamme de mobile. PhoneGap est vraiment le step suivant, s'il s'agit d'aller chercher des fonctionnalités de l'appareil que HTML5 ne supporte pas encore. Enfin, Sencha touch, Titanium et Sproutcore sont quant à eux des frameworks applicatifs complets (MVC) qui permettent de construire des applications d'envergure, avec beaucoup d'intégration des gestes liés au l'interface tactile. Ces derniers cible particulièrement iOS, Android et Blackberry.              

10:38 Publié dans Mobile | Lien permanent | Commentaires (0)