Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 octobre 2008

Gartner 2008 - 15 oct

Orlando 15 octobre

25 ways to cut IT costs
Voici quelques idées pour réduire les coûts TI en ces temps difficiles. Couper les coûts liés aux ressources en gelant le nombre de ressources. Couper les ressources externes contractuelles. Écraser la structure organisationnelle en augmentant le ratio gestion/employés qui est typiquement de 1:7 à
1:15 ou 1:20. Encourager la collaboration. Changer vers un modèle de services partagés ou centralisés. Introduire un expert financier sur l'équipe de gestion. Renforcer le rôle de la gestion des relations d'affaires (relationship management). Éliminer les outils, modules ou composants inutilisés. Utiliser le "best for need" plutôt que le "best of breed". Vérifier les factures de vos fournisseurs afin de vous assurer qu'elles respectent les termes du contrat.

Lean IT : a follow up to CMMI, six sigma
Présentation intéressante de Andrews Roswell-Jones qui présentait l'approche "Lean". Lean est essentiellement un cadre d'amélioration continue qui s'applique à toute sorte de contexte, pas uniquement au TI. De fait, Lean vient du monde manufacturier et Toyota en particulier. Point intéressant, la courbe d'adoction typique va typiquement de ISO9001, à agile et CMMI, puis à Six Sigma pour conduire à Lean sur un cycle d'une dizaine d'années. Il est très possible de passer directement à Lean sur une période de 2-3 ans. Note: les pertes ("waste") ("muda") s'accumule aux interfaces entre les processus.

A day in your life in 2028 : its all about community, virtual or otherwise
La plus théâtrale des présentations avec la visite de personnes venues de l'année 2028. Présentation intéressante pour l'exercice pas évident de nous projeté 20 ans en avant. Est-ce que 2008 est si différent de ce qu'était le monde en 1988? Oui et non. On observe cependant une certaine accélération du changement, et l'omniprésence de l'électronique dans nos vies. Projetons-nous 20 ans dans le futur. La géo politique a muté un peu. Le 20e siècle, a été celui des Américains, le 21e en 2008 est celui des Chinois, bien que les USA reste encoure important, comme la Grande Bretagne l'est restée au 20e malgré l'ascension des Américains. Il y a aussi agrégation continentale sur le plan politique avec les Amériques, l'Asie et l'Europe. La géographie aussi évolue avec la fonte de la calotte polaire qui fait monter le niveau moyen des océans. Malgré que la surface habitable diminue un peu, on se tourne vers la lune où nous avons une station permanente depuis quelques années en 2028. La technologie continue d'évoluer et on a maintenant l'impression 3D, donc la possibilité de manufacturer des objets et des outils. Plus profondément, si l'électronique est aujourd'hui omniprésente, en 2028 c'est la connectivité qui est omni présente. On est toujours connecté, tout est connecté en fait et on a des agents logiciels (avatar) qui font des tâches pour nous. Toute cette connectivité fait que le thème clé de 2028 ce sont les communautés, autant physique que virtuelle. "2028 is all about people". Attendez-vous aussi a avoir une "réputation" visible par toute la planète. Et cette réputions inclura un volet environnemental comme votre "carbon footprint". Mais on va encore aller à la toilette en se levant le matin!

Keynote Joseph Eng of JetBlue

 

 

Unconcious incompetence : and how to become unconciously competent
Trois pages de notes personnelles pour cette présentation qui a elle seule valaient le déplacement. Elle portait essentiellement sur la gestion du changement. Un sujet qui m'est cher par les temps qui courent. En général Matt Hotle observe qu'on aporte beaucoup de changement dans nos organisations, mais qu'on fait peu pour gérer le changement, si bien que peu de changement apporte des bénéfices et qu'on doit constamment amener du changement pour s'améliorer sur les opérations ("run the business") plutôt que de changer pour adresser de nouveaux besoins d'affaires ("grow the busineess"). La gestion de changement débute par la vision et ce bout là eset généralement assez facile. Mais la suite est plus difficile, comment récompenser les changements de comportement attendu, surtout dans un contexte syndiqué. Le changement nous sort de notre zone de confort, c'est rarement agréable. Et en plus, c'est très personnel. Il faut que JE change. JE, MOI... Matthew Hotle recommande l'établissement d'un centre de compétence en gestion du changement, car il s'agit bien d'une compétence spécifique. La gestion du changement doit focusser sur les personnes plus que sur le changement! En terme de capacité, la plupart des organisations et donc des personnes, ne peuvent gérer que 2 ou 3 changements par année et qu'il faut donc être persévérant. Par exemple, passer du niveau I au niveau III du CMMI prend en moyenne de
3 a 4 ans selon l'expérience de M. Hotle. Quand on pense que la durée de vie moyenne d'un CIO est de 20-24 mois, comment assurer la continuité des initiatives? Une présentation qui est fort intéressante et plusieurs nouveaux articles sur le site de Gartner.

Live, the teardown of a low cost PC : the internals of an ASUS EeePC
Durant cette agréable présentation, Jim Tully, boot un mini-PC, un ASUS EeePC, en 35 secondes.
Un bon temps pour un cold boot de Windows XP. La machine vient avec Star Office 3.0. Ensuite Jim met la machine en veille et une dame dans la salle fait un drop test d'une hauteur standard de 3 pieds sans dégâts pour l'ordinateur. Pour rendre les choses intéressantes, Jim fait le même test d'une hauteur d'environ 7 pieds et seulement un panneau de plastique sort de son assise, facilement replacée. Après avoir retiré la pile qui donne un 3-4 heures d'autonomie, Jim démonte l'ordinateur pièce par pièce en commentant sur la fabrication, la qualité des composants et les compromis pour en faire un produit autour de 350$US. Le plus surprenant est l'utilisation de disques solides (2) SSD totalisant une capacité de 12 GB et nous explique leur fonctionnement. Il s'avère que les SSD ont une capacité de réécriture limitée. Dans un cas à 1000 cycles d'écriture et dans l'autre à 10 000 cycles (écrire-effacerécrire...). Le EeePC possède un SSD de chaque type. On a aussi appris que sur le 350$US, la licence de Windows XP compte pour 25$US au lieu des 50$US, un compromis qu'a fait Microsoft pour que ces mini-PC utilisent Windows plutôt que Linux. Cette présentation fut donc un tour de roue relax sur la construction d'un ordi. J'aurais pris les morceaux pour remonter la machine gratuitement et la garder, mais ils ne m'ont pas laissé faire...

One on one Ray Valdes : WPF and Silverlight
Suite a ma discussion avec Nicolas Gall sur l'introduction de .NET dans notre organisation, j'ai voulu approfondir le volet de l'adoption de WPF (Windows Presentation Foundation) à la lumière de l'évolution récente de SilverLight (SilverLight 2.0 est sorti officiellement cette semaine). Ray Valdes, l'analyste qui suit le domaine des RIA (Rich Internet Applications) me confirme que l'adoption de WPF est encore assez lente et que l'énergie de MicroSoft va plutôt vers SilverLight dont l'adoption sur le marché des consommateurs est de l'ordre de 10% selon lui (pour les versions 1.0 et 2beta). Dans les entreprises, comme pour les consommateurs, Flash est présent sur 95%+ des postes de travail. En terme de plateforme de développement des RIA dans les entreprises, disons que 80% n'ont pas fait de choix et que du 20% qui font des développements, environ 60% on choisi Flex (Flash), le reste se partageant entre diverses technos comme Laszlo, Curl et WFP ou Silverlight. On a aussi abordé d'autres plateformes, dont Java et les divers frameworks comme JSF, Struts et GWT (Google Web Toolkit).

ITxpo

Canadian client cocktail

14 octobre 2008

Gartner 2008 - 14 oct

Orlando 14 octobre

Enterprise 2.0 the corporate side of web 2.0 : il ne suffit pas que d'installer le software
Anthony Bradley nous a parlé de l'utilisation des composants du web 2.0 qui permettent de réduire les coûts TI mais aussi ceux de l'entreprise. Le mot qui revient le plus souvent est : social. Il y a définitivement un thème qui se dégage de cette année en terme de tendance lourde. De la localisation d'expertise à la collaboration en temps réel ou à l'abaissement des frontières entre les divers silos de l'entreprise, le concept d'Entreprise 2.0 pourrait faciliter le travail à plusieurs niveaux. Un élément clé, il ne s'agit pas simplement d'installer les logiciels, il faut appliquer une démarche, avoir un plan, avoir des objectifs précis.
Gartner a un acronyme pour cette démarche : PLANT SEEDS.

Top 10 strategic technologies for 2009 : the usual sispect and then some new
1. virtualisation
2. Business intelligence
3. Cloud computing
4. Green IT
5. Unified communications
6. Social computing
7.
Web oriented architectures
8. Mashups
9. Specialized systems
10. Servers beyond blades

Keynote John Chambers Cisco : collaboration as the next big thing
Cisco cherche a s'installer dans les marchés en transition et la prochaine transition qu'elle anticipe est celle de la collaboration. Selon John Chambers, les entreprises peuvent améliorer la productivité de 1 à 2% par année grâce à la collaboration et permettre à l'entreprise d'être plus rapide et de "scaler" plus rapidement. Scaler veut dire ici croître ou réduire, selon les conditions.

itXpo ManageIQ

one on one with Nicolas Gall on .net introduction in organization

how to make Agile waterfall,
Matthew Hotle nous a présenter un survol des approches agiles assez classique. Parlant du contexte culturel propice à l'introduction de ces approches il a mentionné un livre "tribal leadership" qui semblait très intéressant.

Hollywood studio night out

13 octobre 2008

Gartner 2008 - 13 oct

Orlando 13 octobre

Opening Keynote
Plusieurs VP de Gartner sont venus établir le contexte pour les présentations de la semaine. Les mots clés à retenir sont Crainte (Peur), Courage, Innovation, le "social computing" et le besoin d'agir rapidement. Il a aussi été mentionné que les meilleures entreprises de TI portent une attention particulière à l'aspect humain de la gestion du changement (voir Richard Hunter, Gartner Fellow). Un autre point qui m'a marqué est le besoin qu'on les organisations TI de permettre aux utilisateurs d'affaires (business users) de s'entraider entre eux dans l'exécution de leurs responsabilités, d'où l'importance du "social computing" à travers diverses technologies du web 2.0. Cet aspect semble un thème récurrent durant les diverses présentations que j'ai vues aujourd'hui.

Revolutionary change in the workplace and the changing role of IT : going social in the post-digital age
Une des tendances fortes identifiées par T. Austin est l'externalisation de processus d'affaires interne à l'organisation, en particulier en ce qui a trait l'innovation. M. Austin propose l'idée de compétition pour stimuler l'innovation, par exemple le X-Prize, ou le rallye robotisé du DARPA américain. L'histoire regorge de ce genre de compétition qui fait avancer l'état de la science, on pense par exemple à la course à la lune entre américain et russe dans les années 60, ou au prix Orlieb de 1929 qui a couronné le Spirit of St-Louis de Charles Linberg ou le problème de la longitude de 1714 lancer par la couronne d'Angleterre et remportés par un artisan horloger 50 ans plus tard devant des sommités telles Isaac Newton, mondialement connu pour sa phrase célèbre "Et pourtant elle tombe! (la pomme il va sans dire)".

Avec l'accélération de la pénétration de la technologie dans nos vies, il ne faudra pas encore bien longtemps avant qu'on laisse tomber le mot "Digital" de notre vocabulaire tellement il va être omniprésent. Par exemple, si je parle d'une caméra aujourd'hui, vous comprenez que je parle d'une caméra digitale n'est-ce pas. Que sera la prochaine vague de l'ère "post-digitale" : ce sera l'ère sociale, celle du "social computing". Je dois admettre que je suis assez d'accord et je crois même que l'on devrait observer une courbe similaire à celle de l'adoption d'internet et que l'effet sera aussi important sur nos vies, sans compter que ça va changer l'essence même de ce que l'on considère comme le tissu social de nos sociétés. Donc tendance importante sur un horizon de 10-15 ans, ou plus courte, car on observe aussi une accélération du cycle d'évolution.

Can the CIO survive MS SharePoint : SharePoint is growing fast and getting in business users hands outside of IT
Je ne suis pas rester pour toute cette présentation, mais en un mot, l'intérêt pour SharePoint a cru énormément au cours des 24 derniers mois, et 40% des organisations voient MicroSoft comme un joueur stratégie dans les services de gestion de contenu de base. 50% des organisations utilisent déjà SharePoint à un niveau ou à un autre.

Designing the IT organisation for maximum effectiveness : run IT + transform business
J'ai donc abandonné la présentation sur SharePoint pour voir la fin de celle çi. La présentation était intéressante par rapport à la distinction faite entre "compétences " et "habiletés " (competency/skills). Elle présentait un cadre de référence pour l'organisation de l'ensemble des TI de l'entreprise.

Choosing the right client computin architecture for you business : It is more than web app and server base computing à la Citrix.
Le coût de gestion d'un PC reste encore aujourd'hui élevé, malgré le fait que le matériel coûte de moins en moins cher. La raison est que le PC lui-même ne représente pas l'item le plus coûteux du coût global. c'est plutôt le temps de gestion, de support et d'indisponibilité qui est important. Si l'architecture web permet de déployer des applications sans toucher le poste de travail et en profitant des ressources de traitement local, plusieurs scénarios serveur restent intéressants pour ce qui est du poste lui-même. On pense au "server based computing" à la Citrix, à la virtualisation de poste de travail, ou au modèle "hosted virtual desktop" qui est un hybride entre les deux. Il y a aussi le "kvm over IP", l'idée de ces modèles étant de centraliser la gestion des postes.

The leading edge, business innovation in 2009-2013 : going social, crowdsourcing
"D'ici 2010, la moitié des nouvelles idées proviendront de l'extérieur de l'entreprise". Kathy Harris reprend le même mantra que Tim Austin plus tôt dans la journée et nous dit que l'innovation d'affaires doit miser sur l'externalisation, la mise à contribution de personnes externe à l'organisation. Il s'agit d'impliquer les partenaires, les anciens employés, le client pour guider l'entreprise dans le développement de nouveau produit ou l'amélioration des services. QU'il s'agisse de crowdsourcing ou de promotion d'un style de vie digital, il existe là des moyens de réduire le budget.

Innovation in the 21th century by Google : Google apps and Google Docs collaboration, cloud computing
Oups, cette présentation a été un gros "let down".
De problèmes techniques pour établir une connexion à la présentation qui était dans GoogleDocs dans le cloud, au rendu approximatif des slides dans Internet Explorer, Google ne nous en a pas mis plein la vue, se limitant à dire que le 21e siècle serait celui de la collaboration (social computing) et que GoogleApps et GoogleDocs en était de patents exemples.

ce qui ressort de la journée : social computing is a major next wave coming up and IT has to reinvent itself beyond the "run IT" part and become a business enabler now that we are embedded in the entreprise.

Souper avec Gartner au Fultons house crab and seafood

Magasinage a Downtown Disney.

12 octobre 2008

Gartner 2008 - 12 oct

Orlando, 12 octobre 2008

Après une longue route, même si c'était en avion, me voiçi enfin à ma première conférence Gartner 2008. Que de péripéties pour enfin mettre les pieds dans le lobby de l'hotel Dolphin.

Tout avait bien débuté, du taxi qui arrive à la maison à 4h05 alors que je suis juste près, au vol Montreal-Atlanta qui avait presque une heure d'avance à l'arrivé à Atlanta. Tant mieux le transfert de vol aura été plus relaxe. Mais à partir de là bienvenue dans la ligne d'attente. La ligne d'attente pour faire le taxi vers la piste de décollage, la ligne d'attente pour prendre l'envol. On sera parti avec 1 heure de retard. Heureusement, je n'ai pas de rendez-vous urgent, sinon que de me rendre le plus rapidement au ITSyposimum de Gartner pour profiter de moment d'illumination précieux. Mais si je suis à Orlando, je ne suis pas encore au Dolphin Hotel! D'abord une demi-heure d'attente pour obtenir mon billet sur le Disney Magic Express, un autobus qui nous amène sur le site de Disney World. De là, une autre demi-heure d'attente en ligne pour prendre l'autobus en question. Puis 25 minutes d'autobus pour me rendre à l'Hotel Grand Floridian, 5 milles au Nord du Dolphin. Deux heures après mon arrivée à l'aéroport, je mets les pieds dans ma chambre d'hotel et je prend une douche méritée.

Il est 14h30. Time for lunch. A cette heure à l'hôtel, il n'y a que des hot dogs à 7$. Je vais tenter ma chance au Dolphin. Je m'informe auprès de la réception et il semble que la façon la plus simple pour rallier le Dolphin est de prendre le monorail (dans l'hôtel) pour le premier arrêt et un bus direct. Direct mon oeil!. D'abord prendre la monorail pour le premier arrêt nous amène au Magic Kingdom et non au bus and ticket où je devais me rendre. Reprend le monorail après file d'attente. Au bus and tickets, pas de bus ni de ticket! Me réniforme, on me conseille d'aller a Epcot center. Refile d'attente dans ce deuxième monorail. Trouve un kiosque d'information qui me dit de prendre un autobus jusqu'a Hollywood Studio puis un bateau jusq'au Dolphin. Donc refile d'attente pour le bus... et le bateau. Il est rendu 15h30 lorsque je mets finalement les pieds au Dolphin. Et pas de lunch en vue... et j'ai mangé deux toasts à 4hoo du matin! Mal de tête et en plus il fait chaud et humide. Comme je venais à Orlando à reculons, mettons que j'étais prêt m'en retourner à la maison direct! D'autant plus que je ne vous parle pas de mon overdose de Mickey....

Finalement me voilà rendu et déjà deux présentations sous la cravate (finalement, il y en a peu sur le plancher, le dress code est assez relax, y a même du monde en short, donc je me sens ok avec mon kit sport et relax.).

La première conférence traitait des centres de compétence, donnée par Diane  Morello. Très pertinent par rapport à notre travail et à la façon d'établir des CC. Diane a beaucoup parlé de la collaboration et du "teaming", en indiquant que nos pratiques de RH ne supportent pas souvent ces aspects du travail. Elle a aussi parlé du besoin d'établir les CC autour de domaine qui pointe à l'horizon, et non pour des domaines établis. Ceci fut un petit choc et ne va pas dans le sens que nous lui donnons chez nous. Mme. Morello a aussi parlé de "versatilist", une agrégat du spécialiste et du généraliste. Je pense aussi à ce M. Ibenaki nous à parlé au Forum des architectes de Microsoft tenu à Vancouver au début de l'année et qui allait dans le même sens, lui aussi parlait du besoin de devenir des versatilist. Tout cela va dans le même sens que ce que nous entrevoyons pour nos ressources et où l,on parle typiquement de polyvalence.

La seconde conférence, présentait le contexte dans lequel nous évoluons actuellement et pour les prochains trimestres. La croissance des budgets TI devrait se situer entre 0 et 2,3% pour 2009, globalement. Si avant on allait au resto pour un gros rosbif, 2009 ne serait pas une diète au pain et à l'eau, mais plutôt un bon gros sandwich au jambon avec tous les extra. Règle générale, même si les mois à a venir seront sombre sur le plan économique, le ton des présentateurs est optimiste et on est sur l'impression que l'on va sortir rapidement de cette situation aux États-Unis. La croissance restera significative en Asie et en Amérique du Sud, malgré une inflexion de la croissance.

Après ces deux conférences, il est 18h00 et j'ai toujours faim. Fin de la session pour moi. Je rentre à l'hôtel et je prends le premier resto ouvert... Et je tombe sur un buffet familial (je suis seul) avec plein d'acteurs qui jouent les personnages de Cendrillon. En vrais professionnels, chacun passe me faire un brin de jasette. Welcome my prince! Je ne me sens pas vraiment à ma place, mais je souris quand même, c'est tellement kitch, et les enfants tripent tellement qu'on ne peut qu'admirer le génie de Disney. Tout est dans le détail. Même le bus boy donne un show en démontant/mettant la table à une allure débridée qui me fait penser à Lumière la chandelle dans la belle et la bête.

Bon, fin de la journée, repos bien mérité, Tomorrow is another day,